Sélectionner une page

J’ai pu m’entretenir longuement cet après-midi avec Mme Hélène Bernard, rectrice de l’académie de Toulouse, M. Jacques Caillaut, directeur académique des services de l’éducation nationale en Haute-Garonne, son adjointe Mme Evelyne Mège ainsi que M. Frédéric Faisy, secrétaire général adjoint de l’académie et référent Haute-Garonne, pour une première réunion de travail.

Alors qu’une rencontre est d’ores et déjà prévue en septembre avec l’ensemble des parlementaires de la Haute-Garonne, j’ai tenu, comme je m’y étais engagé pendant la campagne, à faire de l’éducation une priorité.

C’est un enjeu majeur dans notre projet de refondation du pays, avec des problématiques spécifiques comme le réseau d’éducation prioritaire, important dans la 4ème circonscription. En effet, les inégalités se creusent dès le plus jeune âge : 20% des enfants en sortie de l’école primaire ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux [lire, écrire, compter]. Ces difficultés, si elles ne sont pas prises en charge tôt, constituent un frein dans l’ascenseur social que doit être l’École. C’est pourquoi le Président de la République, Emmanuel Macron, a souhaité donner la priorité à l’école primaire et en particulier aux classes de CP et de CE1, un âge où tout se joue.

Concrètement, nous allons progressivement dédoubler les classes de CP et CE1 dans les réseaux d’éducation prioritaire, pour n’avoir que 12 élèves par classe et ainsi favoriser l’apprentissage de l’enfant.
Cette mesure prend effet dès la rentrée 2017 pour les classes de CP en REP+. Dans la 4ème circonscription, cette mesure s’appliquera dans 10 écoles (soit plus de la moitié des écoles REP+ du département) :

  • école Georges Bastide
  • école Paul Dottin
  • école Victor Hugo
  • école Daniel Faucher mixte 1
  • école Daniel Faucher mixte 2
  • école Elsa Triolet
  • école Jean Galia
  • école Clément Falcucci
  • école Etienne Billières
  • À l’école Daurat où, pour des raisons logistiques, il n’est pas possible de dédoubler les classes, le nombre d’élèves passera à 17 et un-e instituteur-trice supplémentaire (issu du dispositif Plus De Maîtres Que De Classes) sera présent auprès de ces trois classes de CP.

Je veux saluer la volonté et le travail des responsables de l’académie qui ont pris les devants, dès l’élection d’Emmanuel Macron, pour concrétiser très rapidement cet engagement du Président de la République dans nos écoles. Je remercie également les services de l’éducation de la ville de Toulouse et me réjouis que cette collaboration ait pu être menée dans un esprit constructif par l’ensemble des parties prenantes, car il s’agit là de l’avenir de nos enfants.

J’irai dès la rentrée dans toutes ces écoles me rendre compte, avec ma suppléante Marie-Claire Constans, de la réalité de ces actions qui je l’espère, porteront leurs fruits.