Sélectionner une page

Dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation, j’ai présidé ce matin en Commission des Affaires économiques une table-ronde sur l’aide alimentaire. A cette occasion, nous avons reçu :

  • Mme Angélique Delahaye, députée européenne et Présidente de Solaal, association qui propose au donateur agriculteur ou industriel agro-alimentaire de se charger de la répartition de ses produits vers les associations
  • M. Jacques Bailet, Président de la Fédération française des banques alimentaires qui collecte gratuitement des denrées, récupère les denrées consommables mais non commercialisables, et contribue à l’inclusion sociale par un accompagnement systématique de l’aide alimentaire et la promotion d’une alimentation équilibrée
  • M. Jérôme Bonaldi, Président de l’Association nationale pour le développement des épiceries solidaires (ANDES), qui favorise l’accès des populations en situation de précarité alimentaire à une alimentation diversifiée, en approvisionnant en fruits et légumes frais des épiceries solidaires.

Cette première table ronde a eu pour objet de présenter l’organisation et le fonctionnement des principaux réseaux d’aide alimentaire en France, dans une logique « amont », qui se concentre sur les enjeux d’approvisionnement en denrées, de logistique, de redistribution et de financement. L’enjeu est double : lutter contre le gaspillage alimentaire et apporter les ressources disponibles à ceux qui en ont besoin.

Les banques alimentaires ont lancé ce week-end leur campagne annuelle de collecte, qui a permis de récolter 11 500 tonnes de denrées alimentaires et produits d’hygiène. Comme de nombreux parlementaires, j’y ai participé à Toulouse, avec ma suppléante Marie-Claire Constans.

Plusieurs acteurs sont à l’origine des dons (matériels ou financiers) : les grandes et moyennes surfaces (GMS), les agriculteurs, les industries agro-alimentaires, les particuliers et certains acteurs institutionnels comme le FEAD (Fonds européen pour l’aide aux plus démunis).

La Commission des affaires économiques abordera les enjeux d’inclusion sociale, de dignité dans l’alimentation ou de lutte contre la précarité alimentaire lors d’une table ronde ultérieure organisée conjointement avec la Commission des affaires sociales.