Sélectionner une page

Article de La Dépêche du Midi, le 3 février 2018

Toulouse a la cote auprès des ministres macronistes. Depuis quelques mois, la Ville rose voit défiler à une fréquence élevée les membres du gouvernement. Tout sourire, la ministre des Sports, Laura Flessel, était jeudi soir salle des Illustres, au Capitole. Trois semaines plus tôt, la Toulousaine Nicole Belloubet, ministre de la Justice, visitait le tribunal de grande instance. A la veille de Noël, deux secrétaires d’Etat, Brune Poirson et Mounir Mahjoubi, ont fait le déplacement. Ils ont été précédés de Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapés, de la ministre des Transports Élisabeth Borne, venue pour l’inauguration de la 4 G dans le métro, de Gérald Darmanin, de Jean-Michel Blanquer… Il faut dire qu’en septembre, le président de la République lui-même avait donné le «la» avec une visite sur le thème du logement. Et la liste va s’allonger : Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, est attendu le 15 février. Le nom du ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, est aussi avancé. Comme celui du secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, délégué général de La République en marche. Une liste non exhaustive : avant Noël, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, devait venir. Et le passage prochain de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, aurait été repoussé. Autant de noms qui, au total, représentent la moitié du gouvernement… Il ne faut voir là «aucun soutien à Jean-Luc Moudenc», rassure Mickaël Nogal, député LREM, qui n’est pas pour rien dans ces visites, mais le simple reflet «d’un territoire dynamique», celui de la 4e ville de France. Déjà sous Hollande, les ministres PS descendaient régulièrement, y compris les dernières années, ce qui avait l’art d’agacer l’entourage de Pierre Cohen passé en 2014 de la place de premier magistrat aux bancs de l’opposition.