Sélectionner une page

J’ai lancé, dans La Dépêche du Midi, un appel aux propriétaires de locaux vides. Grâce à la loi ÉLAN, de nouvelles solutions existent pour :

  • Transformer les bureaux en logements
  • Favoriser l’hébergement des sans-abris et des plus démunis

Retrouvez l’intégralité de mon interview ci-dessous.

Vous souhaitez transformer les bureaux vides en logements dans le cadre de la loi Elan pour lutter contre le mal logement ?

Il y a déjà des locaux professionnels qui ont été transformés en logements, d’ailleurs le secteur du bâtiment dans le futur va innover pour proposer des bâtiments modulables, qu’ils soient professionnels ou privés. Mais avec les anciennes constructions, on se retrouve avec des bâtiments uniquement conçus pour être des locaux d’entreprise et c’est compliqué, dans certains cas, de les transformer en logements. Ce qu’on a voté avec cette loi Elan, qui est en discussion au Parlement, c’est de faire bénéficier l’opération d’un bonus de constructibilité : Si vous avez 1 000 mètres carrés de bureaux vides, vous pouvez les transformer en logement et ainsi gagner 300 mètres carrés supplémentaires. Évidemment, tout cela a un coût, mais ce bonus rend l’opération intéressante.

Sur la zone de Toulouse Métropole, avez-vous repéré des bâtiments d’entreprise vacants susceptibles d’être convertibles ?

Je ne suis forcément en mesure de dire combien sont convertibles. Il y a bien sûr ceux de la Zone franche urbaine à Bordelongue, que tout le monde connaît parce que ça fait des années qu’ils sont vides et qu’on pourrait les utiliser. Peuvent-ils être transformés en logement, c’est difficile à dire, on ne connaît pas assez les projets à venir. Dans cette loi Elan, outre la transformation des bureaux en logements, il y a aussi plusieurs dispositifs. D’une part, la réquisition de bureaux pour de l’hébergement d’urgence pour une durée de deux ans et qui peuvent être confiés à des associations, pour des personnes sans-abri ou en grande précarité. J’ai fait adopter un amendement pour permettre l’occupation temporaire de bâtiments vacants, logements et bureaux.

Du coup, vous lancez un appel à projets ?

Oui, si vous êtes propriétaire de locaux vides et qu’ils ont vocation à être occupés dans 12 ou 24 mois, vous avez la possibilité de signer une convention avec une association agréée par l’Etat pour justement loger des personnes sans-abri. Je pense à France Horizon qui accompagne des personnes à la rue, des migrants pour leur permettre de mieux s’insérer. Sortant de la logique de répondre par aux urgences par l’hébergement provisoire, il faut le plus rapidement possible placer les personnes dans des logements pérennes. On a trop de sans-abri aujourd’hui, il faut leur proposer des solutions.