Sélectionner une page

MICKAËL NOGAL, EN MARCHE AVANT L’HEURE

par PAUL PÉRIÉ

Passé par un grand groupe d’agroalimentaire français et ancien attaché parlementaire, Mickaël Nogal est aujourd’hui l’un des benjamins de l’Assemblée nationale sous la bannière En Marche. Il défend « une efficacité économique au service de la justice sociale ».

Tiré à quatre épingles, il arbore le sourire de ceux qui avancent avec des certitudes. À 27 ans, Mickaël Nogal possède un parcours fulgurant. Après un diplôme de l’école de communication et de publicité ISCOM, il passe un an à travailler en tant que « responsable du protocole du pavillon français à l’Exposition universelle de Milan », puis occupe le poste de responsable des relations institutionnelles au sein du groupe Orangina Suntory France. Le profil type de “ceux qui réussissent“ selon Emmanuel Macron. C’est d’ailleurs avec l’étiquette En Marche que Mickaël Nogal a été élu député de la Haute-Garonne en juin dernier. « En 2014, j’ai eu l’occasion de rencontrer Emmanuel Macron par l’intermédiaire d’un ami et sa manière de voir les choses et d’écouter les gens m’a plu. Il avait déjà cette volonté de dépasser les clivages », assure-t-il. En juin 2015, il participe à la création du collectif Les jeunes avec Macron avant d’être nommé référent En Marche pour la Haute-Garonne fin 2016. « C’est vraiment ce moment qui m’a donné envie de me lancer dans l’action politique », estime-t-il aujourd’hui.

L’Assemblée nationale, ce Toulousain en connaissait déjà les coulisses pour avoir été pendant six mois l’attaché parlementaire de Christophe Borgel, ancien député PS, durant ses études. Un engagement politique qui remonte loin. « Avec ma mère, on avait l’habitude de regarder les émissions politiques pour les commenter », se souvient Mickaël Nogal. Passé par le Mouvement des jeunes socialistes, il s’est rapidement tourné vers Dominique Strauss-Kahn « pour son expertise économique et son pragmatisme ». Malgré une campagne sans conviction pour François Hollande en 2012, il assure s’être éloigné du PS au fil du mandat.

Pour lui, le clivage droite-gauche s’est transformé « en opposition entre progressistes et conservateurs ». Dans une circonscription qui comprend les quartiers du Mirail, Mickaël Nogal défend « une égalité réelle et une efficacité économique au service de la justice sociale ». Au palais Bourbon, comme vice-président de la Commission des affaires économiques, il certifie « avoir fait le choix de ne pas [s’]impliquer sur des sujets directement liés à [son] passé professionnel pour éviter tout conflit d’intérêts ». Ses thèmes de prédilection ? « La politique de la ville, le logement et la sécurité ».