Sélectionner une page

A l’occasion de la rentrée scolaire, je me suis rendu ce lundi dans plusieurs des écoles de la 4ème circonscription, à la rencontre des élèves et des équipes enseignantes.
Dans plusieurs écoles de Toulouse, la rentrée s’est faite en musique. C’était le souhait de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, et Françoise Nyssen, ministre de la Culture, pour faire de ce premier jour un moment de convivialité et de partage.

Pour ma part, j’ai eu la chance de vivre cette rentrée en musique à l’école Les Gais Pinsons. Je tiens à remercier la directrice de l’école et l’ensemble du personnel pour leur accueil chaleureux, ainsi que les professeurs musiciens du cercle laïc, qui ont joué devant les élèves jusqu’à leur entrée en classe. Je me suis ensuite rendu à l’école Guilhermy dans le quartier de Saint-Simon. Ce groupe scolaire a été inauguré l’an dernier. La journée s’est poursuivie par les visites des écoles Victor Hugo et Elsa Triolet.

Alors que la 4ème circonscription compte plus de la moitié des écoles classées REP+ (réseau d’éducation prioritaire renforcé) de la Haute-Garonne, j’ai souhaité voir comment s’y déroulait cette rentrée avec la mise en œuvre d’un engagement fort du Président de la République, Emmanuel Macron : le dédoublement des classes de CP avec désormais 12 élèves par classe. L’objectif : permettre, dans les quartiers les plus en difficulté, de donner aux enfants les meilleures conditions d’apprentissage. J’ai ainsi pu visiter les écoles Victor Hugo, Elsa Triolet, Marcel Pagnol et Daniel Faucher. Mardi, c’est avec Hélène Bernard, rectrice de l’académie de Toulouse, que j’ai pu avoir un temps d’échange, lors de la visite de l’école Paul Dottin.

Je poursuivrai ces rencontres dans les prochains jours et les prochaines semaines. Et je ferai un point régulier avec les équipes des différents établissements pour m’assurer de l’efficacité du dispositif, pour la réussite des enfants. Nous ne pouvons en effet pas accepté que 20% des enfants sortants de l’école primaire ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter).

Cette mesure, que j’avais déjà défendue pendant la campagne, avait séduit nombre de parents et de professeurs que j’avais alors rencontré. Je suis heureux que nous ayons pu agir aussi rapidement et mettre en œuvre ce dédoublement dès cette rentrée 2017, trois mois seulement après notre arrivée aux responsabilités.