Sélectionner une page

Simone VEIL est décédée ce vendredi 30 juin à l’âge de 89 ans. Rescapée de la Shoah, ancienne ministre et ancienne présidente du Parlement européen, elle était une figure des droits des femmes depuis l’adoption de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en 1975.

Son discours à l’Assemblée nationale restera à jamais dans la mémoire de notre pays.

« Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme – je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame. […] L’histoire nous montre que les grands débats qui ont divisé un moment les Français apparaissent avec le recul du temps comme une étape nécessaire à la formation d’un nouveau consensus social, qui s’inscrit dans la tradition de tolérance et de mesure de notre pays. Je ne suis pas de ceux et de celles qui redoutent l’avenir. Les jeunes générations nous surprennent parfois en ce qu’elles diffèrent de nous ; nous les avons nous-mêmes élevées de façon différente de celle dont nous l’avons été. Mais cette jeunesse est courageuse, capable d’enthousiasme et de sacrifices comme les autres. Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême. »

Je salue avec un profond respect la mémoire de Simone VEIL, qui restera à jamais un exemple inspirant. Les femmes et les hommes lui doivent beaucoup.