Sélectionner une page

J’ai eu le plaisir d’accueillir ce matin à Toulouse, dans ma circonscription, le Président de la République, dans le cadre de sa visite sur la thématique du logement. Il était accompagné de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires et de Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Emmanuel Macron est venu présenter le plan « Logement d’abord », qui vise à transformer en profondeur le dispositif d’hébergement d’urgence en orientant en priorité les ménages les plus précaires vers l’accès direct au logement. Cette présentation est le premier volet d’une réforme globale de la politique du logement qui fera l’objet d’une communication lors du prochain Conseil des ministres, ce mercredi 13 septembre.

Le Président a débuté son déplacement par une visite du Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) le Touril où il a rencontré le personnel, des travailleurs sociaux et des résidentes. Il s’est ensuite rendu au Capitole pour une table ronde sur le plan « Logement d’abord » et a rappelé sa volonté de faire travailler tous les acteurs nationaux et locaux pour qu’ensemble, nous puissions relever le défi du mal-logement.

 
Le Président de la République a pu rappeler à plusieurs reprises que la politique du logement est clairement inefficace et que ses résultats ne sont pas à la hauteur des dépenses engagées : « La France dépense 40 milliards d’euros sur sa politique de logement. Avec le Royaume-Uni, nous sommes l’un des pays qui en dépense le plus. Pour quatre millions de mal-logés. Est-ce une politique efficace ? La réponse est non.» .
 
Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de moitié depuis 2001. On dénombrait en 2016 82 000 personnes sans logement et 440 000 personnes privées de logement personnel. Si l’hébergement d’urgence est essentiel à la mise à l’abri des plus fragiles, il n’a pas vocation à devenir une situation permanente. Il doit être au contraire une étape vers une solution de logement stable.
 
C’est pourquoi le plan « Logement d’abord », présenté par le Président, vise à favoriser la sortie des personnes des dispositifs d’hébergement d’urgence et à les accompagner vers le logement de droit commun. Il a pour objectif de rompre avec la logique d’augmentation des nuitées d’hôtel d’urgence sans accompagnement, en fixant des objectifs clairs :
  • La production et la mobilisation de 50 000 places de logement supplémentaires sur le quinquennat (10 000 en pension de famille et 40 000 en intermédiation locative) pour répondre aux besoins des sans-domiciles ;
  • L’augmentation de la production de logements très sociaux (PLAI = Prêt locatif aidé d’intégration) avec pour objectif une production de 40 000 logements PLAI par an dès 2018 et sur l’ensemble du quinquennat.
 
Afin de renforcer l’hébergement d’urgence le temps que le plan de mise à disposition de logements adaptés produise ses effets, les crédits dédiés seront augmentés de 10 % entre 2017 et 2018.
 
Ce plan, dont les objectifs ont été qualifiés par plusieurs associations d’« ambitieux », a été élaboré suite à une large concertation avec les acteurs de l’hébergement et du logement. Il sera expérimenté dès le début de l’année dans 15 territoires volontaires dont Toulouse métropole avant d’être généralisé sur tout le territoire. Répondant à l’engagement pris par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de lutter contre le mal-logement, il est l’un des volets de la réforme globale de la politique du logement que prépare actuellement le Gouvernement et qui fera l’objet d’une communication lors du prochain Conseil des ministres.