Sélectionner une page

J’ai assisté lundi soir à une réunion au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation autour du cabinet du ministre Stéphane TRAVERT afin de discuter de la révision de la cartographie des zones défavorisées simples.

Cette future carte est appelée à remplacer au 1er janvier 2019 la carte actuelle, qui date de 1976. Elle détermine notamment le versement de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) hors montagne. Pour chaque nouvelle carte testée, entre 4 et 5 jours sont nécessaires à la simulation opérée par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). La carte est ensuite transmise au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, à la direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises (DGPE), avant d’être soumise à la Commission européenne qui doit la valider.

Alors que des manifestations ont lieu depuis plusieurs semaines en Haute-Garonne et plus largement en Occitanie, j’ai été alerté par la FDSEA 31 et les Jeunes agriculteurs de Haute-Garonne sur les conséquences que pourrait avoir la révision de ce zonage.

J’ai donc rappelé au cabinet du ministre que sur les 588 communes de la Haute-Garonne, 400 sont actuellement classées en zones défavorisées. Le cabinet m’a confirmé qu’à l’heure actuelle, aucune carte n’est définitive. Il nous a par ailleurs assuré que les exploitants qui sortiraient du zonage bénéficieraient de mesures d’accompagnement destinées à les aider à faire face à leur nouvelle situation et à assurer la viabilité de leur activité.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation avait reçu le 2 février une délégation de représentants des exploitants agricoles d’Occitanie et de Lot-et-Garonne pour faire un point de situation sur l’élaboration de la future carte. La concertation continue et une nouvelle réunion aura lieu vendredi avec le groupe de travail national. La carte définitive sera remise au Président de la République fin février.